Ce qui aurait dû être la NON-AFFAIRE THÉO

Un jour, le ciel est tombé sur la tête de nos collègues d’Aulnay-sous-Bois. A l’époque, voici ce que nous écrivions. C’ÉTAIT IL Y A 15 MOIS :

Je suis « collègue », fille de « Collègue », et même nièce et cousine.

Ça fait maintenant 2 semaines que l’interpellation de Théo a eu lieu.

2 semaines que tout le monde se déchaine, abreuvé de ce que la presse veut bien leur dire, ou plutôt de ce que la presse veut bien vomir. Parce que, oui, à l’époque des buzz et des audiences, à l’ère de la désinformation à grand spectacle, à l’approche d’une élection présidentielle, il ne serait pas de bon ton de laisser la justice faire son travail et d’invoquer haut et fort un droit constitutionnel, immuable, inébranlable (c’te blague…) celui de la présomption d’innocence.

Bah non…

Ça serait vraiment pas assez drôle et voyeuriste hein ?? Et puis qu’on en profite !! C’est tellement facile puisque les policiers n’ont PAS LE DROIT de parler !!

Au lieu de ça, au lieu de laisser l’enquête se faire sereinement, on crache, on insulte, on brûle, on casse, on pille….. « Parce que, wesh !! Théo mérite que je pille le Franprix et que je me récupère un peu de marchandises ! Justice pour Théo ! WESH !! »

Tout casser, menacer et tout brûler, c’est aussi une façon de provoquer une forme d’urgence. L’urgence de donner des réponses, les réponses que veulent les défenseurs du « héros martyr » Théo (dixit BFM).

Uniquement les réponses QU’ILS VEULENT ENTENDRE.

Et puis tout casser, tout démolir, tout saccager, gueuler, insulter, hurler, c’est aussi une façon de faire oublier les vérités déjà ressorties de l’enquête.

Le rapport des caméras de surveillance, les rapports de l’IGPN et du parquet, ceux-là mêmes qui disent officiellement qu’on ne VOIT PAS DE VIOL sur des images très nettes et sans coupure.

Quand ils gueulent plus fort, quand ils gueulent tout court pour occulter ces documents officiels, alors qu’en face on ne peut même pas chuchoter pour se défendre, alors forcément les gens ne voient et n’entendent que ça. La vérité est occultée, enfoncée, enterrée.

Et bien sûr, à grands coups de pseudo-célébrités pour la plupart déjà condamnées pour des faits à l’encontre de policiers (tiens donc, saperlipopette… !) qui se permettent de donner leur avis. Comme s’ils étaient sur place. BAH PUTAIN y’avait du monde sur place !! C’était pas une interpellation, c’était les NRJ Music Awards !!!

Grâce à ces gens, à l’aide de ces soit-disant porte-paroles, on aimerait que la justice aille vite, VITE VITE VITE ! Qu’on condamne, qu’on incarcère, qu’on mette au bûcher 4 policiers ! Qu’on les torture même, pourquoi pas (bah oui tiens ça serait cool non ??)!

Et pourquoi pas, aussi, qu’on jette l’opprobre sur leur famille, leurs voisins et tous leurs collègues !! Ça ne serait jamais assez de toute façon, on est bien d’accord ?!?

Et les défenseurs « issus de quartiers défavorisés » qui, sur les réseaux sociaux, appellent aux viols d’enfants de policiers… Ces bons défenseurs, ces pauvres défenseurs, ces victimes d’une société tellement TELLEMENT méchante avec eux…

D’ailleurs, c’est dingue qu’il n’y ait pas plus de suicides chez ces jeunes « de quartiers difficiles », quand même !! Ah non pardon… Ça, c’est chez les policiers, les gendarmes ou même les agriculteurs qui en chient à longueur d’année, qu’on retrouve dans des marres de sang ou qui se balancent à des cordes de désespoir total…

J’ai 17 ans de police, 36 ans d’âge, une enfant. Je suis écoeurée, démotivée (ça c’est de l’euphémisme ou je ne m’y connais pas…), lassée, fatiguée… Et surtout, j’ai peur… Peur de ce que devient mon pays, mon métier ou mes valeurs (oula attention, apparemment c’est un mot qui fâche la “bobosphère” !! Putain, j’ai même un drapeau français dans ma cave, je frôle le 3ème Reich là !!! ).

J’ai peur pour ma fille, qui est fière d’avoir une maman policière, à qui je martèle depuis toute petite qu’elle est libre de faire et dire tout ce que bon lui semble tant qu’elle reste dans les règles.

Je me surprends à lui faire baisser d’un ton maintenant quand elle parle de mon métier… Ça, c’est insupportable! Elle qui me voit partir tous les soirs au boulot pendant qu’elle dort et qui croit encore que je vais arrêter des méchants… Ah oui je les arrête hein, ça m’arrive, mais ils sont dehors avant même qu’elle soit levée pour l’école ! Impossible d’expliquer ça à une gamine qui a des étoiles dans les yeux devant sa super-héroïne de mère.

Ah ils sont beaux les super-héros !

On n’a jamais vu de super-héros autant détestés, haïs, salis par ceux qu’ils essayent de protéger jour et nuit et humiliés par leurs propres « hauts patrons » !

Je ne sais pas ce qu’il faut faire… Je ne sais pas ce qu’ON peut faire… Mais j’espère que la peur va changer définitivement de camp. Je n’y crois pas une seconde, malheureusement. C’est même devenu comique à écrire.

Tout le monde s’émeut de la sortie d’hôpital du « héros martyr » Théo (chaque flic de France comprendra l’ironie des qualificatifs que j’utilise pour lui). Moi, je pense à mes 4 collègues. Tous les jours et durant toutes ces putains d’insomnies. Ce qui leur est arrivé aurait pu m’arriver, aurait pu tous vous arriver et vous le savez. Dans ce métier, notre vie bascule en une seconde.

A ces 4 collègues, ces 4 frères, j’envoie tout mon soutien, eux qui sont abandonnés de (presque) tous.

Ça ne sert sûrement à rien, mais en ces temps, c’est peut être déjà ça…

Maintenant cliquez ici, ce qui commence à sortir dans la presse, le résumé d’une confrontation entre Théo et 2 des policiers accusés.

VOILÀ !!


Au-delà du secret de l’instruction, des vérités commencent à filtrer sur ce qui aurait dû être la NON-AFFAIRE THÉO.


Et ce n’est pas dommage !

Nous savons que les enquêtes IGPN, vidéos à l’appui, vont totalement à l’encontre de la thèse du viol de ce charmant jeune homme, commençant à laisser paraitre le degré de mensonge et d’ignominie dont il a fait preuve, détruisant la vie de nos collègues !!

Parce qu’il faut bien se rendre compte de l’enfer que vivent nos collègues INNOCENTS depuis ce jour de février. Mettez-vous à leur place une seconde, s’il vous plait !!!

Des rapports vidéos ont démontré qu’il n’y avait pas de viol. Au contraire, une situation d’urgence dont on doit s’extirper très rapidement. Pas le temps et encore moins l’envie de faire subir un viol à l’interpellé !!

SOYONS RÉALISTES !!!!

Il avait même osé déclarer dans la presse qu’il pardonnait aux policiers !!! INCROYABLE !!! Cette façon de tenter le tout pour le tout quand la majorité du pays a ouvert les yeux sur cette mascarade !!

SAINT THÉO PRIEZ POUR NOUS !!!


Le pardon de Théo apparaît comme un outrage de plus pour nos collègues, plus gerbant qu’une raclette pendant une gastro !!!


En plus de l’incohérence de ses propos lors de la confrontation, on apprend maintenant qu’il ne s’est pas rendu à certains rendez-vous médicaux et que son handicap aurait pu être amoindri plus rapidement… Au lieu de ça, il en faisait part encore et encore dans la presse, pour piqûres de rappel…

Peut-être une tentative de victimisation pour tenter de garder ses soutiens…

D’ailleurs où sont les “people” ?? Le président Hollande ??? Où sont les grands défenseurs de ce héros déchu !?! YOUHOUUU ?? Où êtes-vouuuus ?

Maintenant, nous attendons impatiemment les excuses qui devront être faites à nos collègues, à leur famille par Théo, par ses sympathisants, tous ces bien-pensants qui n’ont pas réfléchi plus loin que les gros titres de BFM !

La vérité va bientôt arriver et nous serons présents, soudés, déterminés et en COLÈRE !!!