Tensions en Guyane

La visite d’Emmanuel Macron en Guyane s’est faite dans un climat de tension qui, la nuit du 26 octobre dernier, a fini par embraser la ville de Cayenne où des émeutes ont éclaté.

Sous pression depuis des mois et attendant les suites de l’engagement pris par le président de la République durant la campagne présidentielle concernant une aide d’urgence, le peuple guyanais n’a pas digéré les paroles du président affirmant « qu’il n’était pas le Père Noël parce que les guyanais ne sont pas des enfants« .

En contact avec les collègues de Guyane, l’association MPC a pu recueillir leur vécu et déplore avec eux les tensions subies sur place par les gendarmes mobiles et les forces de l’ordre en raison des émeutes qui ont suivi les déclarations du président de la République: commissariat pris à partie, un collègue blessé et plus de 500 grenades utilisées pour disperser la foule.

Nous ne pouvons que déplorer l’impact social qu’ont les paroles de nos dirigeants qui placent, une fois de plus, les forces de l’ordre dans la position de devoir contenir la colère de leurs concitoyens avec lesquels ils partagent pourtant les mêmes conditions et les mêmes préoccupations.