Aux Champs Elysées

Les Champs Elysées by Stan Hotbridges

« Il y a tout c’que vous voulez, aux Champs Elysées »

disait la chanson…

Ah en effet il y a vraiment tout, mais c’est pas vraiment c’qu’on voulait !

Jusque dans l’horreur des crimes idéologiques… Des paroles devenues tragiquement prémonitoires…

L’assassinat de Xavier, l’attaque sur les gendarmes, les fous ne restent plus en sous sol et ont troqué leur « guitare à la main » contre des kalach…

La plus belle avenue du monde, cette figure, cette fierté, cette vitrine du pays, a 6 kgs de plombs dans l’aile, et du sang coulera pour toujours dans les sillons de ses pavés…


La France est touchée dans ses symboles


Les Champs Elysées, les forces de l’ordre, nos beaux uniformes devenus des cibles.

Des cibles tellement faciles alors qu’à cet endroit même défile chaque année l’une des plus grandes armées du monde.

A midi, a minuit, et je n’parle même pas d’la météo, les policiers, les gendarmes, les militaires assurent la sécurité de l’Etoile à la Concorde, à l’affût de mille hordes…

On ne pense plus aux amoureux étourdis, on pense surtout à sauver notre peau, on pense surtout à Xavier, à jamais étourdi dans la longue nuit.

On pense à nos gendarmes si courageux, qui auraient pu tomber, sur cette immense tombe de soldats désormais connus.


« On a chanté, on a dansé »


Non…

Non…

Plus jamais…

On va plutôt penser aux manifestations si nombreuses à venir où tout le monde est invité, autant nos collègues que des « fichés S » autorisés à porter une arme.

On n’a plus envie de dire bonjour à n’importe qui, on a surtout envie de garder une distance de sécurité avec tous, et essayer de nous apprivoiser est devenu inutile…


On travaillait sur l’avenue le cœur serré vers l’inconnu, on n’avait pas pensé à s’embrasser, maintenant il va falloir redouter de s’embraser…