La manif du 13 ? J'y étais !

Depuis plus de deux mois, nous LES FLICS DE FRANCE, exprimons notre colère au travers de nombreux rassemblements. Nous avons crié haut et fort tous les maux qui nous rongent.

OUI nous avons fait tout ça ! Des agissements certes interdits mais motivés par des intentions louables. Malgré les risques nous l’avons fait et c’est avec fierté que j’y ai personnellement participé avec vous, mes compagnons de galère.

Dans le même temps, certains d’entre nous avaient une initiative, celle de se regrouper et s’organiser en créant des associations dont MPC. J’y ai immédiatement vue une lueur d’espoir. Enfin une voix me portait et avec moi beaucoup d’entre nous.

J’ai immédiatement soutenu et adhéré à la MPC, admiratif du courage dont faisaient preuve ces FLICARDS.

Enfin nous allions pouvoir avancer et espérer être entendu. Et puis ELLE était annoncée : La première manifestation déclarée de la MPC sans politique sans syndicat. Enfin l’occasion de crier ! De hurler même ! Que le temps de subir sans broncher était fini. Enfin ils allaient être obligés d’entendre les raisons de notre grogne.

J’ai de suite annoncé la nouvelle à ma femme et mes enfants, ceux qui partagent aussi ma grogne et me témoignent un soutien sans faille, ma famille… J’ai immédiatement remis un titre de congé à mon chef, pour moi tout était prêt, rien ni personne ne pourrait m’empêcher d’y aller. J’ai partagé ma joie et mon impatience de battre le pavé près de mes collègues. J’avais aussi hâte de rencontrer les créateurs de LA MPC. Leur dire ma reconnaissance et leur apporter mon soutien. Sur ma route, j’ai rencontré plein de collègues. Mais à ma grande surprise tout le monde ne partageait pas le même enthousiasme. Certains y allaient d’excuses faciles pour expliquer qu’il ne pourrait pas être là. D’autres me disaient carrément  » j’y vais pas j’ai pas envie « . Pas envie !!!! Je n’ai pas jugé mais je ne comprenais toujours pas.

Heureusement beaucoup de collègues étaient aussi impatients que moi. Et puis le jour J était arrivé, ça y est j’étais devant les invalides à Paris. Une grande effervescence émanait du groupe de la MPC, ils étaient tous animés d’une grande motivation et s’affairaient à leur tâche. J’ai pu les rencontrer, des gens formidables, désintéressés et attachants.

J’ai rencontré aussi beaucoup de civils me remerciant et m’encourageant. D’ailleurs certains d’entre eux étaient venus manifester à nos côtés. Une conférence de presse !!! C’est Maggy qui se jette à l’eau et qui avec beaucoup de courage nous a dignement représenté. Exercice pas facile face aux caméras. J’ignore si j’en aurais été capable. Stéphane est également assailli par les journalistes et assure avec brio l’énoncé des motivations et nos revendications.

Et puis le départ est donné, ça y est on marche dans Paris !!! Officiellement !!!

Autour de moi des collègues que je connais, d’autres que je ne connais pas, des citoyens, des militaires, des infirmiers et des pompiers. Tous sont là pour nous soutenir. Des balcons et des fenêtres s’ouvrent, des gens nous applaudissent. J’ai ressenti une réelle chaleur dans ce froid, au son des slogans, des chansons et de nos sifflets de FLIC. Je me suis dit  » RESPECT, QUEL COURAGE  » et j’ai immédiatement pensé à mes collègues qui n’ont pas voulu venir. Cet homme, un flic, a marché près de nous sans faillir pendant plus de deux heures. C’est à eux, ceux qui n’ont pas voulu venir, à qui j’ai pensé en me disant  » Putain qu’est-ce qu’ils ratent !!! ». Je n’en veux à personne car il y aura une session de rattrapage et à la prochaine manifestation j’espère qu’ils seront tous près de moi, près de nous…

J’aimerai juste que mes collègues qui n’ont pas voulu se déplacer, pour des raisons qui leur sont propre, pensent à tous ceux qui y étaient. Ce collègue en béquille, à ces civiles et pour la plus part des personnes âgées et se demandent juste OU EST LEUR PLACE.

À mon retour chez moi, ma femme, mes enfants m’attendaient. Ils étaient impatients de me demander comment cette MANIF c’était passée. J’ai vu dans leurs yeux tout l’enthousiasme que j’aurai dû voir dans les yeux de chaque collègue qui n’a pas voulu venir. J’en parle souvent avec mes enfants, ils étaient avec moi sur d’autres rassemblements. J’estime que c’est mon devoir de parent de faire d’eux des bons citoyens, actifs et investis. Et vous que racontez vous a vos enfants, vos proches qui demandent comment s’est passé la manif ??? Pour conclure, un grand merci à nos collègues de la MPC et aux autres présents ou pas mais qui ont pu faire que ce jour arrive.

Je ne vous lâcherai pas car le combat continue.

Je peux dire « J’Y ÉTAIS « comme beaucoup d’autres et maintenant je vous dis  » J’Y SERAIS » et je vous y attends encore plus nombreux et toujours motivés.

UN FLIC EN COLERE MAIS PASSIONNE